AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I'm glad you exist • Sam&Tula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I'm glad you exist • Sam&Tula   Mer 3 Fév - 8:45

I'm glad you exist
La foule grossissait autour de la petite grille ensorcelée, cela faisait déjà prêt d’une heure que tout le monde attendait ici, impatient, on pouvait sentir dans l’air une très grande quantité d’excitation. Depuis la fin du Seigneur des Ténèbres, les matchs avaient enfin repris, et avec cela les entrainements, et rien ne semblait rendre plus folle la gente féminine magique que des entrainements de Quidditch. Elles étaient donc toutes là, agglutinées telles des insectes sur un bonbon tombé au sol, attendant que l’entraineur et son équipe ne sorte… Quant à Petula, elle restait en retrait, son sac contre son ventre afin de caché le léger surpoids qu’elle avait à ce niveau, tentant tant bien que mal de ne pas se jeter dans la mêlée de follasse qui se trouvaient devant elle et de leur apprendre les bonnes manières. On ne peut pas dire que la jeune Parkinson soit en permanence une preuve de manières aristocratiques, mais elle avouait elle-même avoir du mal avec le manque de respect dont pouvait faire preuve certaines fans.
Elle, elle n’avait jamais eu le droit de monter sur un balai, mais à dix-sept ans, elle avait réussi à récupérer une place pour un match, Philip ne pouvait pas y aller avec son père ce jour-là, personne d’autres ne semblait vouloir et le père Parkinson avait fini par prendre Tula avec lui, à contre cœur, regrettant d’exhiber ainsi sa progéniture ratée très certainement, mais elle y était allée quand même, et tout avait été si … magique. L’odeur, l’ambiance, la rapidité. Tout avait tant plus à Petula qu’elle avait commencé à s’intéresser de plus en plus prêt à ce sport, se débrouillant pour aller aux matchs, cachant sa passion à ses parents, et même une fois dans le monde moldu, continuant de se renseigner comme elle le pouvait sur ce sport et ses joueurs. Et puis depuis quelques mois, elle était tombée sur lui, un peu par hasard … en écoutant la radio …
Samuel Green, un jeune poursuiveur plein d’avenir, son nom, elle l’avait trouvé d’abord rigolo, puis sa performance retransmise sur le transistor magique l’avait intrigué, les figures et les commentaires semblaient sensationnels, et puis elle avait vu un match, et son cœur était sorti de sa poitrine. Oui si Petula devait un jour monter sur un balai, elle voudrait voler comme lui, car en plus de ne pas être un garçon irritable aux yeux, il était doué, et elle était fan.
Enfin l’équipe pointa le bout de son nez, le manager récita la petite incantation magique à voix basse de sorte que personne n’entende et la barrière s’ouvrit, laissant les joueurs à la merci de la foule.
La Parkinson ne bougea pas, attendant patiemment, ce n’était pas la première fois qu’elle allait voir Samuel après un entrainement, elle avait déjà plusieurs dédicaces, et ils c’étaient échangés quelques mots. Sans vraiment savoir pourquoi, parfois Tula avait l’impression qu’il était capable de lire en elle, comme elle était capable de comprendre ce regard embarrassé lorsqu’il se retrouvait devant un groupe en furie.
Tripotant son sac, Tula sorti un petit calepin, elle y avait retranscrit durant l’entrainement et avec bien des difficultés pour tout suivre, les figures faites par Samuel, les réussites et les échecs, des notes pour le joueur ou pour elle, elle ne savait pas très bien, mais cela l’avait aussi aider à comprendre un peu mieux le jeu du garçon qu’elle continuait malgré tout d’encourager à pleins poumons.
Les autres joueurs signaient des autographes et souriaient aux appareils photos magiques, Samuel était seul et elle aussi, alors elle s’approchât. Timidement, son petit sourire dans sa face pouponne dévoilant des dents quelque peu mal agencées et ses cheveux déjà très mal peigné lui barrant le front et le visage.
Petula avait envie de parler, d’encourager Samuel, de lui dire qu’elle le trouvait formidable, mais une fois encore, lorsqu’elle se retrouvait face à lui, elle n’arrivait à piper mots. Peu de choses arrivaient à sortir de sa bouche et elle sentait les larmes lui monter aux yeux. C’était ridicule, elle le savait elle-même, pourtant qu’elle n’arrivait pas à retenir cette émotion étrange.
Si elle avait pu monter sur un balai, elle aurait voulu devenir lui, de tout le monde magique et juste après sa sœur aînée, il était la personne qu’elle enviait le plus au monde, mais surtout la personne dont elle appréciait le plus la dextérité et le travail, c’était un artiste des airs, du moins c’était comme cela qu’elle le voyait, même dans ses erreurs de jeunesse Samuel Green avait quelque chose de pur.
« Bravo, il … y … avaitdebelleschosesàl’entrainement. »
Comme à son habitude en sa présence sa manière de parler était étrange, bégayante puis rapide à n’en plus rien comprendre. Petula se mordit l’intérieur de la joue pour se calmer. Elle ne pouvait faire sortir une petite figurine ensorcelée de son sac comme les autres fans, ou un bout de papier magique, elle n’avait pas ce genre de compétences, et elle avait bien vu que Samuel l’avait remarqué, alors elle lui tendit simplement le carnet.
« j’ai pris des notes, mais tu as le droit de ne pas les prendre si tu ne veux pas, enfin, c’était juste comme ça … enfin… voilà, bravo … encore… »
Se mordant à présent la lèvre, la jeune femme baissa les yeux vers son bloc note ou ses mots hésitants étaient écrit au bic moldu, bien plus commode que les plumes magiques à son gout. Elle se sentait ridicule, peut-être l’était-elle au fond, mais elle était tout de même heureuse de revoir de si prêt Samuel aujourd’hui.
 
(c) AMIANTE

_________________
You're gonna be alright now
downtown ⊹ Don't hang around and let your problems surround you There are movie shows downtown Maybe you know some little places to go to Where they never close downtown (by anaëlle)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I'm glad you exist • Sam&Tula   Mar 23 Fév - 22:18

I'm glad you exist
Le filet d'eau chaude sur sa peau était une délivrance. Samuel ne se plaignait jamais du temps qu'il pouvait faire lors d'un entraînement ou d'un match de quidditch. On pouvait dire sans mauvais jeu de mots que « c'était le jeu ». Avec un sport extérieur, il fallait bien s'attendre à des conditions pas vraiment idéales et c'était aux yeux de Samuel ce qui faisait un bon spectacle. Il ne retirait pas une grande satisfaction d'une victoire sous un grand ciel bleu, beaucoup de l'attrait résidait dans les difficultés annexes aux joueurs que l'on pouvait rencontrer.
Non la douche avait un effet salvateur sur ses nerfs. Masqué par les gouttes, il se laissait aller à fermer les yeux et à respirer par de grandes inspirations en se souciant peu de prendre la tasse. Jamais il ne désapprouverait la fin de la guerre, jamais il ne pensera qu'il faudrait revenir en arrière, mais contrairement à quatre vingt quinze pour cents de la population, la chute de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom n'avait pas signifié un retour à la vie normale. Le rôle et l'arrestation de son géniteur créaient de réels problèmes sur sa situation professionnelle comme privée.
Les sponsors étaient partis, certains fans aussi, ce qui était plus embêtant car Samuel le sait, l'argent compte mais sans le soutien et la ferveur d'un public, tu auras beau te défoncer sur ton balai, ton match ne vaudra pas son pesant de Gallion. Les supporters te mettent sur un piédestal et les journalistes parlent de ce joueur acclamé. Les journalistes montrent ta tête et tes figures en première page et les sponsors veulent une part de célébrité. Tout part des fans !

Et s'il n'est jamais trop plaisant de se faire chahuter enfant même lorsqu'on se sent à part des autres élèves, il est compliqué pour un jeune homme, évoluant dans un sport collectif de subir les regards en biais voire les attaques, sans gravité, de son entourage. Car l'horreur change les gens . Ils les révèlent parfois plus courageux et forts qu'ils ne le pensaient mais il arrive aussi que cela fasse ressortir du mauvais même chez de bonnes personnes. Sous la peur, les réflexes de défense sont souvent la haine et la paranoïa et Samuel n'avait pas pu en vouloir à ses coéquipiers quand une certaine méfiance s'était installée au fur et à mesure que le mage noir faisait régner le chaos. Et malheureusement, il sentait bien que les doutes étaient toujours présents et les entraînements n'avaient pas la même dynamique qu'autrefois.
Samuel enfila son écharpe et suivit la tête baissée ses coéquipiers à la sortie. Il avait réussi par il ne savait quel miracle à maintenir son agent loin de lui aujourd'hui car ses nouvelles idées pour redorer le blason de son poulain n'étaient pas vraiment au goût de Samuel. Mais il devait serrer les dents, on ne renvoie pas un agent comme on change de chemise et même s'il n'aimait pas trop la direction marketing qu'on lui donnait depuis le début du contrat, il ne pouvait pas dire pour autant que le travail de Philip ne portant pas ses fruits. Il était bien loin de cet appartement miteux puant les canalisations dans lequel il avait vécu avec son père, il ne pouvait pas le nier.
Quand les premiers flash vinrent les éblouir et les premiers cris se firent entendre, Samuel se décala des grilles, en retrait et chercha de quoi s'occuper le temps que le groupe se disperse afin d'éviter de partir trop vite et de créer devant les journalistes plus d'occasions encore de faire parler de lui, et du même coup de l'équipe, ce qui était hautement mal vu et puni. Tout devait être fait pour le bien de l'équipe !

« Bravo, il … y … avaitdebelleschosesàl’entrainement. »

Il retient la flamme de son briquet avant qu'elle n'atteigne la cigarette qu'il avait coincé entre ses dents. Son tort en tant que sportif, au grand dam de ses différents entraîneurs, collègues et amis, était son amour un peu trop prononcé pour la nicotine et la Bièraubeurre et de ne pas s'en priver. Il fallait être honnête, Samuel était un bon bougre, un très bon même mais ce n'était pas non plus un saint près à être canoniser. Il était humain, sorcier certes, mais humain et accro à ces petits plaisirs de la vie. Bon il avait une bonne forme physique qu'il entretenait comme tout athlète et ça ne se faisait, pour le moment, pas ressentir sur son jeu. Et il ne fallait pas déconner, il ne se murgeait pas la veille d'un match ni en pleine saison.
Petula, c'était ça ? Il rangea rapidement son briquet dans sa poche, gardant sa cigarette entre les lèvres et se saisit d'une plume dans son sac. Il ne se formalisa pas sur les balbutiements  de la jeune femme, il en avait vu d'autres et puis c'est ce qui faisait en parti le charme de cette fan plus qu'atypique. Il fût encore plus soulager que Philip ne soit pas présent, il aurait encore trouvé un moyen de l'éloigner, trop soucieux des bruits courants sur cette admiratrice. Mais même en pensant au bien de l'équipe et sans aucune intention de braver son agent, Samuel était bien plus à l'aise face à cette Cracmol que la plupart des sorciers qu'il avait côtoyés. Et c'est pourquoi il signa la page ouverte devant lui en adressant un sourire en coin à la jeune femme.

« Ça va ? »

« j’ai pris des notes, mais tu as le droit de ne pas les prendre si tu ne veux pas, enfin, c’était juste comme ça … enfin… voilà, bravo … encore… »

Il se figea, souleva sa plume et remarquer avec horreur que sa signature et le « To Tula » barraient tout en largeur des lignes et des lignes écrites bancalement sur la page. Pour le coup il se sentait vraiment con et il n'arrivait pas à décrocher ses yeux du cahier de peur de croiser le regard sûrement attéré de Petula. Samuel ne savait pas si la timidité apparente de Petula était un trait marqué de sa personnalité ou si le fait de se retrouver entourée de sorciers qui pouvaient ne pas se montrer tendre
entrait en compte mais il ne souhaitait pas embarrasser la jeune fille publiquement.
Samuel était d'autant plus gêné qu'il était extrêmement touché de la façon dont elle faisait tout son possible pour faire oublier son statut de Cracmol, tout comme elle lui faisait oublier qu'il était sorcier. Le Quidditch était bien l'une des choses qui rassemblait autant de gens dans le monde magique et les filles étaient loin d'être en reste dans ce sport. Non seulement il n'était pas rare du tout d'en voir dans les équipes scolaires et universitaires mais les équipes professionnelles féminines avaient également su conquérir leur public. Il en allait de même pour les supporters et elles savaient se montrer aussi calées et remontées que les hommes. Mais faute était de constater qu'elles revêtaient souvent leur sourire niais si elles avaient la chance d'approcher un joueur.
Samuel n'était pas dupe, il ne pouvait ignorer les étoiles au fond des yeux de Petula mais elle se donnait tellement de mal pour ne pas juste se contenter des compliments habituels. Alors il espérait sincèrement qu'elle n’interpréterait pas ça pour de la prétention, un égo de joueur, uniquement bon à sourire et à signer quelque part sans faire attention. Il s'apprêta à sortir sa baguette magique pour réparer son erreur mais une première grosse goutte s'écrasa sur la page, l'encre se diluant à travers la feuille. D'autres suivirent et en quelques secondes, il ne resta pratiquement plus rien du précieux travail de Petula.
Le bruit caractéristique du transplanage se fit instantanément entendre et le devant du stade se vida peu à peu. Certains avaient sorti les parapluies, trop contents de pouvoir profiter un minimum des joueurs. Samuel les imita et les recouvrit Petula et lui sous une grande toile noire, après avoir jeté sa cigarette non entamée. Le cahier dangereusement maintenu contre le manche, il attira la jeune femme plus à l'abri.

« Euh... Vraiment désolé, j'aurais bien lu ça. »

Samuel n'avait pas la réputation d'un grand bavard, il n'était pas le premier à prendre la parole lors des interviews mais il devait se faire violence ou l'on allait le prendre pour un sportif avec trois mots de vocabulaire. Mais Petula était entourée d'un mystère qui avait attiré l'oeil du Rouge et Or et il rêvait de vérifier sa théorie, non pour un plaisir sadique, juste une envie personnelle, peut-être un brin égoïste, quitte à la faire fuir mais la curiosité face à sa quasi certitude le titillait depuis un moment.

« Je me rattraperais bien avec un chocolat chaud mais je crois que le transplanage... »        
 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm glad you exist • Sam&Tula

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02. Glad You Came Back
» i'm glad to see you again (jaycee)
» Haïti, est-elle prête pour le départ de la MINUSTAH?
» [Public][Clara Wurtz]Le Blog de Kika$$
» Something as divine does not exist ... [PV Petite Lumière]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
episkey  :: Le royaume uni :: Angleterre-