AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ANA + Let's talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: ANA + Let's talk   Ven 18 Mar - 18:34


embobinement magique
Ana & Fawn



La routine s’installe doucement dans la vie de la jeune fille, elle aime ces habitudes et ces repaires, cela lui rappelle Poudlard et les choses bien organisées. Seulement maintenant elle se rend quotidiennement au ministère au lieu d’aller dans la grande salle, ce n’est qu’un minuscule détail en pourra dire. Fawn aime bien sa nouvelle vie, elle est heureuse d’avoir échapper à l’horreur de la guerre, de n’être qu’une innocente enfant. Elle a toujours détesté qu’on lui dise « ah oui, la petite Bulstrode ! » ou encore « tu comprendras quand tu seras plus grande » ou bien « oh mon enfant » elle rageait à chaque paroles et se rebellait, aujourd’hui elle les savoure, car elle gagne ainsi la confiance des autres, elle est jolie, petite en taille, mignonne, dévouée à son travail. Elle n’a jamais parlé d’idéaux et surtout, elle n’a pas participé à la guerre : elle est une parfait recrue pour le ministère qui souhaite avoir un oeil sur ses ennemis sans pour autant prendre des risques. Et elle se complaît dans cette idée, elle n’a pas pris parti à la guerre car elle est trop jeune, mais aussi car elle n’a pas choisi de parti. Bien sûr, elle ne croit nullement à cet idéal du sang-pur, c’est totalement ridicule, chaque élève à Poudlard a pu voir des cas d’élèves au sang moldu réussir bien mieux que d’autres, cette Lily Potter était d’ailleurs célèbre pour cela, mais bref. Fawn continue d’être une gentille enfant, tout en cherchant à faire ses preuves et à être reconnue pour ce qu’elle est et non pas ce que ses parents sont. Elle met donc sa veste et se dirige vers le ministère pour aller travailler. Son boulot lui plaît énormément, elle s’occupe des brevet saugrenu dans l’histoire du sport, elle voit des idées passer tout en se demandant qui a pu être assez fou pour inventer quelque chose pareil, mais au moins cela la détend et la faire rire.



A la pause de midi, elle sort s’acheter de quoi manger, elle n’aime pas rester avec ses collègues, elle veut découvrir et posséder le monde, c’est pourquoi elle regrette souvent de ne pas avoir choisi son premier choix, celui qui lui ferait parcourir les rues à la recherche d’informations croustillantes et surtout à diffamer. Fawn est une incroyable traitresse quand elle le veut, elle aime dévoiler des secrets cachés, elle aime soutirer des informations pour les mettre à la première page du journal, quand elle était à l’école, elle avait eu pour projet d’ouvrir un journal intra-Poudlard, mais elle n’avait pas réussi à motiver assez d’élève pour aller au bout du projet, mais quoiqu’il en soit, elle avait réussi à trouver une passion. Seulement, retrouver sa soeur lui était bien plus important et elle avait choisi. Elle assume pleinement son choix. Aujourd’hui donc, elle marche rapidement dans le ministère, sachant qu’elle peut se permettre une pause de deux heures, à la recherche d’un petit café sympathique où elle pourra discuter pendant une heure. Elle est curieuse. Fawn a ses habitudes : elle sort toujours par la même petite rue à l’arrière au lieu de passer par devant et fume une cigarette dans un petit parc en face du ministère. Seulement, sur son banc préféré -au soleil à cette heure là- quelqu’un semble l’attendre.

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ANA + Let's talk   Ven 18 Mar - 20:48


embobinement magique
Ana & Fawn



Tout a changé depuis que la situation s’est renversée. Je ne suis plus le même. Je me sens faible. J’ai l’impression d’étouffer, de ne plus être aussi libre qu’avant. Mais, je ne suis plus aussi libre qu’avant. Chaque jour je fuis des personnes, des sorciers qu’importe s’ils sont neutres, mauvais ou gentils, je les fuis comme la peste. J’ignore si on me recherche, si l’on m’a  reconnu. Je ne sais rien du tout, je suis dans une situation assez particulière et j’ignore comment je vais m’en sortir. Vivant ça c’est sûr, mais libre ou non, accusé ou non.  Je suis perdu, je ne sais absolument pas quoi penser, vers quelle direction aller. Je me reconstruis, comme la plupart du monde magique. Tout le monde en a pris pour son grade, et c’est assez difficile de se relever que l’on soit le plus malin, le plus riche, le mieux placé. Nous sommes tous dans le même bateau.  D’un sens, tant mieux, ils sont encore faibles pour certains du coup ça me laisse le temps de me reconstruire, de continuer à me dissimuler dans l’ombre des sorciers ou des moldus. Je ne suis qu’une ombre désormais qui vit au dépend des autres. Je n’en ai pas l’habitude, je préfère me débrouiller par mes propres moyens mais je suis tout de même un tant soit peu intelligent, je sais que seul j’y laisserai des plumes, seul je n’y arriverais pas. Et puis certaines personnes me doivent quelques services, au final, avoir été un gentil petit bonhomme à Poudlard, ça paye non ? Enfin gentil, vous savez de quoi je parle. Bien sûr que j’ai tenté de mettre plusieurs personnes dans ma poche, de m’être lié à des personnes populaires pour avoir certains avantages. J’ai été l’ami de certains, mais aussi l’ennemi des autres.  J’étais gentil oui, car comparé à aujourd’hui, aujourd’hui je suis un monstre. Aujourd’hui, je suis bien loin d’être celui que j’étais à l’époque. Avant je pouvais encore ressentir la peur me dévorer de l’intérieur, se glisser dans mes membres et me pétrifier. Je pouvais ressentir encore la douleur, vive, cette envie que l’on cesse de me mutiler. Avant je pouvais encore sentir ce bonheur s’emparer de moi lorsque l’on me faisait plaisir. Avant, j’étais encore en vie. On pouvait voir cette lueur au fin fond de mes prunelles, on pouvait voir cette flamme, cette envie de vivre. Maintenant, c’est fini. Je suis un homme mort, et ce depuis que je porte la marque. Ni joie, ni peur ne me ronge. Aucune culpabilité, rien. J’existe, je respire, je fais du mal, j’y prends plaisir. Seuls les émotions négatives me dévorent, me rongent jusqu’à la moelle.  Et ce n’est pas plus mal. On souffre moins, et on se porte mieux. Avec l’amour et l’amitié, on finit toujours par être déçu.

Je déambule dans les ruelles de Londres. Ce matin, en me réveillant, une idée m’est venue. Bien sûr je ne peux pas me contenter de l’aide d’une seule personne bien qu’elle puisse me donner quelques informations, mais je dois avoir l’aide d’une autre personne qui me le doit bien. Je l’ai aidé pendant quelques années bien sûr en ayant l’idée qu’un jour ou l’autre, elle me devra bien ça. Ce jour là est arrivé. Je l’ai traqué, je l’ai suivi. C’est ce que je sais faire de mieux. Aujourd’hui, je vais l’attendre sagement. Elle ne fuira pas non. Du moins, ça ne m’étonnerait guère, à moins que tout ait changé. Physiquement, je suis un autre afin que l’on ne me reconnaisse pas. Cheveux plutôt foncé, des traits moins dur, des vêtements plus amples, une barbe de quelques jours, une couleur de yeux assez sombres. Je n’ai rien d’un Anarchy que j’étais avant la guerre, ou pendant la guerre, si ce n’est mes traits de fatigue. Je m’installe sur le banc, sur lequel elle a pour habitude de s’installer une fois qu’elle quitte le Ministère à midi. Je m’allume une cigarette, tirant lentement sur cette dernière. Une bouffée de plaisir. Je frissonne rien qu’à cette pensée. La liberté est quelque chose dont je n’avais jamais pris en compte avant, c’est quelque chose de formidable.  Je patiente, et Merlin sait combien je ne suis pas quelqu’un de patient. Mais il le faut. Quelques minutes après, je ressens une présence qui m’est familière. Je relève les yeux, elle n’est pas loin.  Mon regard part à la recherche de sa la petite tête blonde jusqu’à ce que nos regards se croisent. J’affiche un sourire en coin, jetant le mégot à mes pieds, l’écrasant ensuite à l’aide de ma chaussure.  Je m’assois plus convenablement avant de lui désigner la place à côté de moi, haussant un peu le ton de ma voix. « Viens donc poser tes jolies fesses à côté de moi. Tu sais bien que tu es la seule que je ne mange pas. » Ce qui est bien vrai, quand on y repense. Je n’ai jamais fait de mal à Fawn, mais seul Merlin sait à quel point je peux être violent et totalement différent. Je peux passer d’un calme olympien à un feu de Merlin. Je suis quelqu’un à des réactions diverses, certaines auxquelles on ne s’attend pas.  « Du moins, si tu accordes un peu de ton temps à ton Anarchy préféré. »


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ANA + Let's talk   Ven 8 Avr - 12:20


embobinement magique
Ana & Fawn



La cigarette pas encore allumée aux lèvres, je reste béate quelques secondes. Le jeune homme me sourit, il est évident qu’il est là pour moi. Seulement je ne sais pas encore si je rêve. Lorsque nos regards se sont croisés et qu’il m’a invitée à m’asseoir, je n’ai pas mis plus d’un millième de seconde à le reconnaître, il est totalement fidèle à lui-même… et totalement différent. Je l’ai reconnu comme je le reconnaître entre mille, Anarchy. Il était mon mentor, mon supérieur, mon idole. C’était l’homme qui me poussait toujours à aller de l’avant, je m’étais tellement confiée à lui. Je crois même que j’en étais amoureuse petite. Mais ce n’était pas de l’amour sincère, plutôt un amour malsain, il représentait tout ce que je voulais : un homme, fier, qui sache tenir tête à ses parents -du moins je le croyais-, un serpentard, un jeune homme respecté. Quand j’étais à Poudlard, son nom résonnait encore sur les murs des couloirs des cachots. Oui, il était l’homme de la vie, après mon père, pourtant je crois que je m’étais laissée perdre dans son jeu. Je savais bien que j’étais trop petite et que jamais je n’attirerais son attention si je restais sage, alors je m’étais livrée, j’avais raconté mes doutes, mes désirs, mes ambitions, j’avais fait rager des centaines d’élèves juste pour l’impressionner. Et il m’avait écoutée, répondu, il m’avait comprise et appréciée. J’en étais aussi fière que touchée, et il restait pour toujours dans mon coeur. Ensuite, les choses s’étaient compliquées, les temps avaient changés, les rumeurs s’étaient agrandies et comme nous venions du même milieu, ce milieu privilégié pour la magie noire, je me doutais qu’on subissait les mêmes choses, seulement je ne voulais pas voir ma famille tomber en dérision. Je ne voulais pas voir la chute des Bulstrode, alors j’ai détourné les yeux. Et je ne sais pas qui est coupable, qui est innocent. Lui, évidemment, je l’imagine innocent. C’est un être trop bon pour être mauvais.



Et pourtant, il est si différent. Marqué par les années, marqué par le temps, son regard est plus dur, plus alerte. Seulement je reste marquée dans mes positions: mon idole de jeunesse est un homme bien. Quoiqu’il fasse, il aura une excuse totalement valable. Voilà la décision que je prends tout en m’essayant à ses côtés. « Viens donc poser tes jolies fesses à côté de moi. Tu sais bien que tu es la seule que je ne mange pas. » Un sourire s’étale sur mes lèvres. Parce qu’il mange les autres en plus, ce jeune homme a toujours été unique. Il savait comment présenter les choses sous une telle façon qu’on ne sait pas s’il blague, dit la vérité, ou ment. Sérieusement, je ne l’imagine pas être violent, mais le dur voile de ses yeux m’inquiète tout de même, qu’a-t-il vécu ? puis-je l’aider ? Ce sont les deux questions qui me retournent le cerveau durant ce laps de temps. « Du moins, si tu accordes un peu de ton temps à ton Anarchy préféré. » J’éclate de rire et le corrige. « Hum, Anarchy préféré, ce n’est pas le terme juste. Je ne connais qu’un seul Anarchy est c’est toi… Mais je veux bien accorder un peu de temps à mon second homme préféré d’Angleterre. Et ne t’inquiète pas, le premier c’est Père. » finis-je par rajouter en lui faisant un clin d’oeil. Je pense qu’il savait que j’étais amoureuse de lui et je préfère en jouer aujourd’hui, histoire de dissiper le potentiel malaise. Je le regarde de nouveau, intriguée, après tant d’années d’absences, pourtant c’est comme si on s’était quittés hier, il n’y a pas de doutes, on se connait beaucoup trop bien.

Je tire sur ma cigarette et, en tournant le regard vers le soleil, je fronce les sourcils. Le temps est bien trop beau pour le mois, mais autant en profiter, je laisse la chaleur du soleil effleurer ma peau avant de lui demander. « Qu’est-ce qui t’amène ici ? Je préfère espérer que tu ne me suis pas comme une potentielle victime. » Non parce que mine de rien, un homme qui attend une fille sur son banc, sans lui avoir donné rendez-vous, ça peut inquiéter.

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ANA + Let's talk   


Revenir en haut Aller en bas
 

ANA + Let's talk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
episkey  :: Londres :: Le ministère de la magie-