AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Des journaux à usages multiples ∞ Tayler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Des journaux à usages multiples ∞ Tayler   Ven 29 Avr - 23:53

Des journaux
à usages multiples
pv  Tayler

- Je vous ressert du thé ?
- Oui, merci, dis-je en m’adressant à la serveuse.

Collé à la vitre du « Mark’s and Lily’s cofee », j’arborais une tenue bien légère pour un mois de février. Mais thé en main et ventre plein, j’étais persuadé de survivre aux cinq cent mètres qui me séparaient de la cabine téléphonique. Tout autour de moi, des gens encore trempés par les trombes de flottes qui s’écrasaient sur le bitume glissant de l’avenue, accouraient dans l’espoir de trouver un abri et/ou un endroit chaud où se réfugier en attendant que la tempête ne passe. Les serveuses étaient dépassées, les tables surchargées et les grandes baies-vitrées, trempées jusqu’au verre.
Assis où je me trouvais, mes assiettes vides, je pouvais apercevoir très nettement la sortie de métro qui rayonnait dans une Londres encore endormie par la lumière de la nuit. Les quelques passants qui partaient au travail étaient affolés par ce surplus d’eau tandis que les taxis noirs eux, ne se perturbaient pas le moins du monde.

La question de ma présence  dans un tel lieu moldu pourrait m’être posé facilement. Car il est vrai que j’aime cuisiner, et que cette activité me confère un pouvoir divin sur la nourriture que je porte à ma bouche. Mais comme chaque matin depuis le début de ma vie, je n’aime pas me lever, et j’ai une profonde et terrible flemme qui me dissuade de préparer à manger.  Il s’agissait d’ailleurs d’une des rares choses qui me manquaient à Poudlard : la bouffe à gogo. Mais il faut bien avouer que les cheese-cakes de Mark et Lily sont à tomber par terre.

- Comment ça va Mark ? dis-je à ce dernier une fois arrivé au comptoir.
- Comme-ci comme ça. Je déteste l’hiver pour tout dire. Regarde-moi ça. Quel temps de chien !
- Tu l’as dit. Tu veux bien me redonner un café s’te plaît ? Pour la route.  

Je réglais l’homme barbu en liquide, et lui adressais un au-revoir.

- Ah et tu n’aurais pas un truc pour me protéger de la pluie ?
- Si.

Il me donna le journal de la veille, que j’acceptais sans condition. Il était question d’une histoire balancée par le times selon laquelle, l’usine DeLorean de Belfast fermerait ses portes. Dommage, maman les aimaient bien ces caisses pourtant...
Mais même avec cet abri de fortune, mes baskets Nike offrirent leur service d’éponge au trottoir, sur le chemin qui séparait le café de la cabine téléphonique. Ma nourriture elle, était restée –pour le mieux- intact face à ce déluge.
Saisissant mon gobelet de café encore fumant, j’en prenais une gorgée tandis que je m’enfonçais dans les entrailles sous-terraine d’un Londres magique.

Ce qui m’amuse lors de mes multiples passages au ministère, c’est que je suis de tous, celui qui marche le plus lentement. A croire que ces fous sont pressés d’aller au travail....
Au milieu de cette foule, je suis comme qui dirait la potatoe au milieu des frites. Ma tenue est sans nul doute très différente de mes collègues. Car l’avantage d’un métier comme le mien c’est que je peux venir vêtit n’importe comment en prétextant un : « je suis plus à l’aise pour transplaner comme ça. » et passer sans qu’on ne me dise rien. Après tout ils craignent bien plus que je ne me désartibule pendant l’exercice de mes fonction que de me voir habillé n’importe comment.

Je suis ici comme les touristes qui voient Big Ben pour la première fois. Je n’ai de toute évidence rien à faire au milieu de cette population. Et pourtant on s’y fait, force d’habitude...

Toujours aussi « lent », journal détrempé en main,  j’allais porter à ma bouche une deuxième gorgée de café lorsque quelque chose vint perturber ma promenade dans le hall du ministère de la magie.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des journaux à usages multiples ∞ Tayler   Ven 6 Mai - 20:59



Des journaux à usages

multiples

Avec Alexander Knight

C'était par une journée pluvieuse. Londres ressemblait à une immense serviette mouillée. Les passants dans les rues de la capitale ne se regardaient pas. Si seulement ils pouvaient se rendre compte de toutes les personnes qu'ils rencontraient. Ils se voyaient, sans réellement se voir.
Tayler s'en rendit compte en marchant dans les rues de la ville. Il était habillé à la moldue pour se fondre dans la masse. Il n'avait aucune envie se faire remarquer en cape et robe de sorcier. De toute façon, sa garde de robe n'était pas très fournit, en termes d'habits sorciers, et il préférait porter un pantalon agréable.
C'est sur cette pensée qu'il entra dans le Chaudron Baveur. Il fit un signe de main à Tom et alla dans l'arrière du pub. Là, il y trouva le fameux mur de briques rouges. Il sortis sa baguette  et tapota quelques briques. Elles se mirent alors en mouvement, lui offrant l'entrée du Chemin Traverse.
Il respira à fond, inspirant tout l'air qu'il pouvait, comme pour pendre une bonne dose de courage avant de descendre la rue vers la Gazette du Sorcier. Il posa la main sur la poignet de la porte, ouvrit et entendit une immense exclamation de colère :

« -COMMENT ?! Il ose être malade ! Cet affreux livreur de journaux ! Incapable ! Inacceptable ! »

Oulà ! Tayler pinça les lèvres et essaya de passer discrètement en voûtant les épaules et en marchant sur la pointe des pieds. Il pensait pouvoir arriver à l'atelier sans se faire remarquer. Mais une fois arrivé près de la porte de son « bureau », une voie l'interpella :

« -Tayler Millers ! »

Le concerné redressa les épaules, en soupirant. Il se retourna pour tomber nez à nez avec le rédacteur en chef. Ce dernier arboré un immense sourire et pourtant, ses yeux lançaient les éclairs. Il entoura alors les épaules du jeune homme et commença un long monologue.
Tayler l'écoutait, sans vraiment l'écouter. Il savait déjà ce que lui voulait le chef de la Gazette et il ne pourrait pas dire non. Bien sûr. Il se retrouva donc avec un sac contenant tous les exemplaires de la Gazette du Sorcier et se retrouva dans une cheminée avec de la poudre de cheminette dans la main.

« -Ministère de la Magie. » dit-il sans grande conviction.

Il jeta la poudre à ses pieds et une flambée de flamme verte l'entoura. Il se retrouva dans le réseau des cheminées. Il vit défiler des centaines de cheminées en une fraction de seconde. Enfin, il apparut dans une des cheminées du Ministère. Il en sortis et releva la tête.
Le hall du ministère était vraiment sublime, avec son carrelage vert, sa fontaine couleur or, ses dizaines de cheminées de chaque côté du hall, ses milliers de travailleurs. C'était comme une horloge. Tout tournait parfaitement bien. Le Millers réajusta le sac sur son épaule et marcha dans le hall, direction le secrétariat. Il regardait le sol, ruminant ses idées noires. « Pourquoi c'est toujours à moi qu'on donne les basses besognes ? Je suis imprimeur bon sang ! Pas livreur ! Et puis, je suis très bon sur le terrain. Enfin, je pense… Il faudrait juste qu'ils me laissent une chance ! Une seule ! »
Il percuta alors un homme, ce qui le sortis de ses funèbres pensées. Il releva la tête pour voir un homme blond, grand, aux yeux bleus. Il devait avoir quelques années de plus que lui et il était habillé en moldu. Cela surpris l'ancien Gryffondor, mais il se rappela que lui aussi était habillé en moldu.

« -Désolé, je ne regardais pas où j'allais… » s'excusa Tayler.

Puis, il regarda autour de lui, avant de se retourner vers l'homme et de lui poser une question :

« -Excuse… ez-moi, (il n'avait pas l'habitude de vouvoyer les gens, ce qui lui avait causé quelques problèmes de bagarre) vous savez où est le secrétariat ? »
Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des journaux à usages multiples ∞ Tayler   Sam 7 Mai - 17:30

Des journaux
à usages multiples
pv  Tayler

Je sentis le café faire un raz-de-marée à l’intérieur de mon gobelet.
De justesse je l’éloignais de moi, de sorte qu’aucun liquide ne m’éclabousse. Car quitte à être habillé en sweatshirt, autant avoir l’air propre. Ma tentative rata et je me retrouvais martelé de tâches brunes sur l’épaule droite.

La tignasse châtains et les vêtements moldus du jeune homme en face de moi, m’incitèrent donc à croire que nous étions au moins deux à ne pas être habillé follement dans ce ministère de sorciers.
J’avais sûrement déjà croisé ce mec quelque part. Probablement à Poudlard dans les couloirs ou encore même dans la salle commune de Gryffondor qui sait. Mais il me faut bien avouer que mes années de scolarités ne furent pas les meilleures de ma vie, et que je n’avais pas passé mon temps à observer mes camarades. Au contraire, j’avais fait de mon mieux pour les éviter.


- Wow, laissais-je échapper de surprise.
- Désolé, je ne regardais pas où j'allais… s’excusa-t-il comme perdu parmi la foule.

Désormais, j’étais carrément à l’arrêt au milieu d’un flot continu de personne pressé de s’ennuyer au travail.

- T’inquiètes mec, y’a pas de mal
, souriais-je en reprenant du café.

En fait cette boisson inspirait à mes papilles gustatives une telle envie de vomir que j’aurais volontiers recraché chaque gorgée que j’avalais. J’étais bien tenté de la transformer d’un petit coup de baguette en une boisson plus douce. Mais mon sommeil avait été si tourmenté cette nuit que rien d’autre que cet affreux breuvage ne pourrait me permettre de survivre à la matinée qui venait.
D’ici à deux heures, allaient arriver en masse, de jeunes inexperimentés du transplanage qui désiraient passer leur permis. Il allait falloir les accueillir, les destresser et les appeler un par un en leur donnant les consignes basiques du test. Parmi ces guignols au moins un allait se désartibuler, et il faudrait appeler un soignant, calmer les cris, calmer les candidats et tout le tralalala qui suivait la panique de voir un de ses camarades hurler d’agonie près d’une infirmière désorientée.
Ce passage tout aussi désagréable qu’indispensable, n’occupait que la moitié de mon emploi du temps. Tout le reste allait être passé à la préparation d’un projet farfelu tel que « tenter de me faire transplaner je ne sais où en ne m’ayant montré que des images de l’endroit », « me faire transplaner sur un autre continent » voir même « tenter de me faire transplaner à un endroit interdit comme peut l’être Poudlard ». Bref, un test qui comme d’habitude échouerait et m’emporterait ailleurs en me vidant de toute mon énergie.
Un jour, alors que ces chers membres du centre d’essai voulaient de nouveau relever dépasser les normes existencielles du transplanage, j’avais atterris eu milieu de l’église godrick’s hollow, pendant une messe. De quoi me faire radier définitivement de cette église de sorcier...

- Excusez-moi, vous savez où est le secrétariat ? dit alors celui que j’avais percuté en me tirant de mes pensées.

Ou étais-ce lui qui m’avait percuté ? Oui, plutôt dans ce sens là.

Je marquais une pause. Quelqu’un me bouscula l’épaule sans même prendre la peine de s’excuser. Ah ces foutus fonctionnaires !

- Je s’rais ravi de t’aider, mais quel secrétariat ? Ce n’est pas que le ministère est grand mais un peu quand même, rigolais-je en rebuvant du café de chez Mark et Lily.

Beurk. Il fallait vraiment que j’arrête de boire cette mer**....

- Ton secrétariat c’est pour y faire quoi ?

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des journaux à usages multiples ∞ Tayler   Aujourd'hui à 1:07


Revenir en haut Aller en bas
 

Des journaux à usages multiples ∞ Tayler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les journaux intimes.
» Journaux de bord
» Haiti en Marche: Les " pèpè " menacés par la crise
» Description des mondes dans les journaux ?
» MAËL ▷ there's no angels here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
episkey  :: Londres :: Le ministère de la magie-