AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I wish you were (not) here - Marcus & Arthus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Mer 13 Jan - 1:06

I wish you were (not) here.
Les feuilles mortes jonchaient le sol. Du rouge du jaune, du marron cramoisi. Un camaïeu qu'on aurait pu qualifier de joli. Mais les feuilles mortes n'étaient qu'une des nombreuses manifestations de la mort, non ? C'était du moins ce qu'en pensait Marcus. On se serait attendu à ce que ses pas au contact des feuilles provoquent un léger craquement. Agréable à l'oreille. Ce même craquement qui pousse les enfants à sauter des les tas de feuilles au début de l'automne. Mais non. Il avait plu ces trois derniers jours. Le bruit de ses pas était humide. Spongieux. Visqueux, même. Les chaussures s'enfonçaient mollement dans la boue. Comme si celle-ci tentait à chaque avancée, d'ensevelir un peu plus les randonneurs. Au delà du bruit de ses pas, les sons mystérieux d'une forêt. Les bruissements d'un buisson. Le chant d'un oiseau, au loin. Le sifflement du vent entre les branches sèches et nues. Sinistre. Sa respiration, calée au rythme de ses pas. Ah oui, et les pas de Arthus. Aussi.
Arthus. Il jeta un regard rapide à sa droite, légèrement en retrait. Il était bien là. Muet comme une carpe. Cependant, la discrétion était de rigueur. Oui, mieux valait attribuer ce mutisme à de la bonne volonté. Mais Marcus ne se faisait pas trop d'illusion. Lorsque le ministère avait parlé de cette piste de Mangemorts ayant établi un camp de repli au cœur de la forêt de Cawbran, il avait insisté pour en faire partie. En fait, comme à son habitude, il n'avait pas vraiment laissé de choix. D'ailleurs, il avait surtout insisté pour y aller seul.
«  Ca n'est qu'une simple mission de reconnaissance. Je n'ai pas besoin d'être accompagné. Si les choses tournent mal, à la rigueur. Une équipe de soutien potentiel, peut-être ? Et encore. Tout cela n'est pas nécessaire. » Il n'en voyait tout simplement pas l'intérêt. Mais l'avis avait été tranché, il n'irait pas seul. Respect des procédures, ou je ne sais quoi. Ne pas envoyer un agent seul. Baratin. Quoi qu'il en soit, il n'avait pas le choix. Mais lorsque le nom de Arthus Stanhope avait été prononcé, il avait tenté un nouveau veto. Pas lui. Il y avait tellement d'autres agents disponibles. Arthus. Marié, père de famille. Il fallait quelqu'un d'autre. Certes il ne s'agissait que d'une reconnaissance, mais on se savait jamais à quoi s'attendre exactement une fois sur place. Il suffisait d'un faux pas pour transformer une reconnaissance en carnage. Il devait y avoir un autre agent. Il était hors de question qu'Arthus l'accompagne. Et pourtant il marchait bien à ses côtés, en cette fin de matinée brumeuse dans la forêt de Cawbran. Exaspérant.
Il continuait d'avancer à travers les méandres d'arbres, le regard faisant des aller-retour furtifs entre les environs, et le sol. La mélasse sur laquelle il marchait avait l'avantage d'étouffer leur pas. Mais il fallait éviter les branches, dont le craquement sec aurait pu trahir leur présence. Sa main droite, crispée sur sa baguette. Ses jointures blanchies, caleuses. La présence d'Arthus changeait tout. Ne surtout pas se faire voir, se faire entendre. Reconnaissance, et rien d'autre. Rentrer sain et sauf au ministère, mission accomplie. Sans plus de péripéties. Encore un coup d’œil à Arthus. Il semblait concentré, mais leur regard se croisa. Marcus marqua un moment avant de détourner les yeux. Une façon de dire « Prudence, nous sommes proches. ».
Les Mangemorts censés être quelque part ici ne sont que trois, d'après les sources. Deux contre trois, c'était parfaitement faisable. En jouant sur le fait que les Mangemorts ne jouissaient plus vraiment d'un quelconque entrain au combat depuis la mort de Celui-Dont-Il-Ne-Faut-Prononcer-Le-Nom. Sauf bien sur quelques uns. Suicidaires, ou jute idiots, qui se jettent sur une armée entière d'Aurors pour mourir en martyr. Ceux que nous étions venu repérer avaient plutôt le profil de lâches. Leur maître était mort et à présent ils souhaitaient se faire oublier avant de pouvoir retourner à leur petit train-train quotidien. Sans plus jamais parler de cette période. Changer d'identité peut-être même de pays. Mais non. Oh non, ça ne serait pas si facile. Car nous allions vous traquer jusqu'au dernier.
Un son. Je tournais vivement la tête vers la gauche. Un lapin qui traversait un buisson. Une bourrasque qui avait secoué quelques feuilles mortes de leur torpeur. Ou bien le bruit caractéristique d'un transplannage ? Sans quitter du regard la source du bruit, je tendais une main vers Arthus qui voulait dire « Stop. ». Mon pouls s’accéléra légèrement. Ma main agrippée à la baguette se tenait prête à agir. Aux aguets. Je murmurais le plus doucement possible.
« Tu as entendu ça? »
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Mer 13 Jan - 8:46

I wish you were (not) here.
Le rigoureux Pays de Galles enveloppait, en cette matinée brumeuse, toute la forêt de Cawbran dans l’humidité. Arthus avait quelque peu l’habitude de ce genre de température, sa mère Gwyndolyn, était galloise, elle venait du nord de ce pays et d’un village figé au milieu de nulle part, ou cette humidité venait à pénétrer jusque dans les petites maisonnettes moldus. Arthus se souvenait bien de cela, lorsqu’il allait voir la famille de sa mère, le Pays de Galles avait une odeur particulière, comparable à nulle autre.
L’Auror plissa les yeux. C’était tôt dans la matinée qu’une dépêche du ministère était arrivée par hiboux à sa demeure. On le réclamait sur le champ, à peine le temps de dire au revoir à Camilla et aux petits, Phoebus n’étant même pas encore réveillé, il avait simplement embrassé son ainé sur la masse de cheveux bruns qu’il avait hérité de lui et il était parti. Convocation dans le bureau de Rufus Scrimgeour, ordre de mission, puis départ avec le coéquipier. Le coéquipier … Arthus se retenait bien de donner son avis sur le bonhomme qu’on lui avait collé aujourd’hui. Marcus Powell était un excellent Auror il n’y avait pas de doute, mais il avait le don d’exaspérer au plus au point le Stanhope, cherchant toujours à donner son avis, à faire cavalier seul, à prendre les devants de la situation, comme si lui il n’était pas tout à fait capable de gérer une mission de terrain. A plusieurs reprises Arthus avait essayé de devancé de quelques pas Marcus, mais ce dernier avait toujours fini par augmenter l’allure, prenant ainsi une position de « chef », hors dans ce genre de mission il n’y avait aucune hiérarchie. Et cela même Marcus le savait.
Sa baguette de prunellier bien en main, Arthus regardait la bordure brumeuse de la forêt, cela faisait bien une demi-heure maintenant qu’il marchait et rien, toujours rien, mais il le sentait, ils n’étaient pas loin, nul doute qu’ils étaient sur la bonne piste, son instinct ne lui faisait jamais défaut sur ce genre de cas.
Marcus croisa son regard, et Arthus ne put s’empêcher de serrer un peu plus la mâchoire, cette manière condescendante de lui lancer un regard d’avertissement, comme s’il était un Auror en formation encore, non vraiment il n’en pouvait plus. Il ne savait plus exactement quand cela avait commencé mais il n’en pouvait plus de Marcus Powell. Et dire qu’avant la guerre c’était un camarade avisé, presque un ami, mais à présent, Arthus donnerait cher pour ne plus avoir affaire à lui, allez savoir ce qui avait changé … le Stanhope n’en savait rien, mais les choses avaient changée.
Un lapin détala, un hiboux hulula puis de nouveau le calme assourdissant de la forêt.
Un bruit familier de craquement sonore, et les deux hommes firent le même geste, se baissant légèrement, étirant doucement leurs nuques tout en pliant les genoux. La main levé devant Arthus lui donna envie de bondir sur son coéquipier et de lui mettre une bonne droite mais il se retint, ne lâchant pas les doigts de Marcus tandis que celui-ci s’adressait à lui.
Il s’agissait de ne pas faire de vague, le ministère attendait beaucoup d’eux, mais à ce rythme-là, Arthus préférait encore faire cavalier seul, plutôt que d’être considéré comme un gosse de dix-sept ans par un collègue. D’un geste rapide, l’ancien Gryffondor balaya la main de Marcus et passa devant lui, s’étend redressé de toute sa hauteur et commençant à marcher plus vite tout en descendant une petite colline qui amenait à un étroit ruisseau. Marre de rester en arrière et d’y aller au rythme de floraison d’une mandragore, si l’un des mangemort les avais repéré et avait transplané les autres les repéreraient peut-être bientôt aussi, hors ils ne reviendraient pas bredouilles, il en était hors de question, alors il fallait aller plus vite, foncer dans le tas si c’était nécessaire !
Prétexte, Arthus ne voulait tout simplement pas rester derrière Marcus, et surtout s’en éloigner le plus possible, seulement voilà, ce n’était certainement pas cela qu’il écrirait dans le rapport du retour alors il fallait bien s’inventer des prétextes dès maintenant, bien que attraper et secouer un ou deux mangemorts en prime, ce ne serait pas du luxe non plus.
(c) AMIANTE

_________________
PROTECT OUR PEOPLE OUR FAMILY. ARTHUS STANHOPE;
It's oh so sweet You got to make it hot Like a boomerang I need a repeat You got to pack it up And work it like a new boy should Gimme all your lovin All your hugs and kisses too Don't let up until we're through - ZZ TOP

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Mer 13 Jan - 19:23

I wish you were (not) here.
Les yeux plissés dirigés vers l'origine du bruit. Les sens aux aguets. Statique telle une statue moldue dans un musée. Marcus attendait un signe, même minime, afin de confirmer ce qu'il pensait avoir entendu. Mais il n'en eu pas l'occasion. Il sentit la main d'Arthus détourner vivement la sienne, laissée en arrière dans sa direction en signe d'arrêt. Qu'est ce que ? Il fut si soudainement sortit de sa concentration qu'il sursauta légèrement, avant de vivement se tourner vers son collègue. Sans prendre la peine de lui répondre, celui-ci était en train de s'avancer d'un pas décidé vers l'origine du bruit. Hébété, il le regardait descendre la petite colline avec détermination. Parfait. Ce grand dadet avait visiblement en tête de jouer aux héros vaillant. Pas du tout ce qu'il avait prévu au programme. Reconnaissance. Simple, et efficace. Il n'était pas rare de voir Stanhope faire du zèle. Ce qui avait tendance à jouer un peu avec les nerfs de Marcus. Un peu. Peut-être plus qu'il n'aurait voulu l'admettre. Pourquoi, mais pourquoi vouloir se mettre en danger lorsque cela n'était pas nécessaire ? C'était tout simplement ridicule et irréfléchi. Non seulement il s'exposait à des dangers inutiles, mais il nuisait également à la réussite de la mission. Marcus se décida à lui emboîter le pas. Il avait décidé que cette journée se passerait exactement comme il l'avait prévu. Ce qui voulait dire sans aucun combat impliquant ce père de famille inconscient et des quelconques Mangemorts.
Les lèvres pincées d'agacement, il tentait tant bien que mal de rattraper le trentenaire, qui avait pris de l'avance. Celui-ci s'étant arrêté net une fois arrivé au pied du ruisseau, il parvenait enfin à revenir à sa hauteur. Il hésita un instant, à lui faire la remarque cinglante qu'il ne s'agissait pas d'une course d'endurance, mais préféra conserver le silence. Cet idiot ne pourrait sûrement pas s'empêcher d'argumenter, et ça n'était ni l'endroit ni le moment pour une querelle. Il se contenta donc de lever les yeux en ciel tout en tirant légèrement sur sa cape afin de l'ajuster. Pourquoi s'était-il arrêté ainsi, d'ailleurs ? Arthus fixait un point précis, plus loin droit devant lui. La veine de son cou palpitait dangereusement. Adrénaline. Marcus chercha du regard ce qu'il avait bien pu apercevoir. Plus loin, un mouvement. Une cape, sans aucun doute possible. Il était seul. Il ne pouvait pas être seul. Il sentait, au fin fond de son organisme, son corps se préparer au pire. Ses veines se dilater, ses pupilles se dilater. A l'affût, tel un félin s'apprêtant à bondir. De l'agressivité toute en retenue. Concernant son acolyte, il n'était absolument pas question de retenue. Son corps entier bourdonnait d'excitation et l'Auror grisonnant le sentait bien. Il allait bien devoir se retenir, pourtant. Car il était hors de question de tenter quoi que ce soit. Ils étaient là pour observer. Observer, constater, faire un rapport. Rapport qui déboucherait sur une mission de neutralisation. Mais pas avant. En tout cas, pas avec Arthus quoi qu'il en soit. Arthus attendrait sagement au coin du feu avec femme et enfants. Là où était sa précieuse place.
Il le sentit esquisser un pas en avant. Un pas vif, déterminé. Un pas de début de course, et non pas de filature, clairement. Sa main saisit instantanément son poignet pour le retenir. Non. Définitivement, non. Il ne s'agissait pas de lui courir après et le rattraper. Ils devaient le suivre, discrètement, pour que ce salopard les mène directement à leur planque. Le regard sévère, réprobateur, il le dévisageait de haut. Oui, car qu'il le veuille ou non, Marcus était plus grand que lui de quelques bons centimètres. Si son collègue avait pu tuer d'un regard, Powell s'écroulerait sans vie dans la boue. Il décida d'ignorer cet élan d'agressivité mal placée. Bon sang, ce qu'il pouvait être fier. A la place, il resserra un peu plus son emprise sur son poignet et s'approcha de lui afin de ne pas avoir à parler plus fort que nécessaire et mettre encore plus en péril leur présence en ces lieux. En passant à quelques centimètres de lui, il lâcha un sec :

« Doucement. »

Avant de passer à nouveau devant l'autre. S'il n'était pas foutu d'avoir la patience de suivre la rigueur nécessaire à une mission de filature, il aurait aussi bien fait de faire exactement ce que Marcus avait dit depuis le début : rester chez lui.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Jeu 14 Jan - 8:48

I wish you were (not) here.
La colline descendant abruptement, on pouvait distinguer en son contre bas un petit ruisseau salis par cet hiver un peu rude qu’avait connu le Pays de Galles. Arthus s’arrêta net, un peu plus loin, une petite silhouette noir était pencher sur … il ne savait quoi. Plissant les yeux il leva sa baguette vers ses propres yeux, sur le point de lancer un sortilège lui permettant d’avoir une vu plus forte afin d’observer un peu en retrait l’individu qu’il pensait être un mangemort.L’excitation était palpable, enfin il allait coincer un de ces fous, depuis le temps qu’il attendait cela, tant d’enquêtes c’étaient soldés par des dossiers sans suite qui prenaient la poussière dans le bureau de Lilian Grant … il en avait plus que marre d’être un pion du ministère, d’être là pour faire joli et rassurer le monde des sorciers, il fallait agir, agir pour être certain que ses enfants puissent vivre correctement, sans avoir à revivre cette fichue guerre, jamais.
Esquissant un pas vers l’avant, sa baguette prête à se lever vers son visage, Arthus sentit une pression au niveau du poignet l’arrêter net. Non pas encore … on regard croisa instantanément celui de Marcus et il ne put réprimer l’animosité qu’y l’animait. S’il n’avait pas connu Marcus bien avant cette guerre, il aurait pu croire qu’il protégeait ces salauds de mangemort.
Un nouveau mot, une forme d’avertissement, puis le sorcier se redressa de tout son long. Pourquoi diable fallait-il que tout le monde fasse cela en sa présence ? Comme s’il ne savait pas qu’il était plus petit que la moyenne des hommes… Arthus serra les dents et observa son coéquipier lui passer devant tout en reprenant son attitude tapinois.
Se pinçant l’arrête du nez Arthus resta planté là, à côté du ruisseau encore quelques secondes, hésitant entre envoyer un sortilège de jambancoton sur Marcus et poursuivre la mission seul et à sa manière, ou alors prendre un chemin opposé sans que ce dernier ne s’en rende compte pour attaquer l’ennemi à revers. Mais la réflexion du Stanhope n’eut pas le temps d’aller plus loin, déjà un autre craquement se fit entendre un peu sur sa gauche, prêt, beaucoup trop prêt. Arthus tendis sa baguette, la pointant dans la direction du bruit. Quelque chose ne se passait pas comme prévu … un pressentiment étrange l’envahit. Sa formation d’Auror avait été longue et complexe, il avait été préparé à toutes les situations possibles, il fallait du courage et de la volonté pour entrer dans ce service si prestigieux, on apprenait les codes de la magie noire et la manière de la détourner pour l’annihiler. Arthus contrairement à beaucoup de ses camarades, n’avait aucun attrait pour la magie noir, il n’y avait jamais touché, et n’était pas entrer dans ce service uniquement pour battre les sorciers qui l’utilisaient, lui si il était arrivé ici c’était parce qu’on attendait beaucoup de ses notes de réactivité et d’efficacité, un bon petit sorcier vif qu’on pouvait mettre en première ligne en somme, il le savait, il l’avait toujours su et ce rôle lui convenait, car malgré les responsabilités qu’il avait prise avec l’âge, il aimait être sur le terrain, cela le grisait en quelque sorte.
Rien, il n’y avait rien derrière les arbres et les buissons, rien que cet orange terne qui tapissait le sol et le ciel. *swug* Un bruit étrange, un bruit de sortilège … Marcus … Arthus se mit à courir vers l’endroit ou l’Auror était parti pour s’approcher au plus prêt du mangemort à sa place. Puis soudain il comprit. Les mangemorts ne disparaissaient pas en transplantant, ils étaient en train d’arriver. Déjà deux, et si ils étaient plus nombreux que prévu ?
Arrivant au niveau de Marcus qui c’était mis à couvert derrière un arbre tombé à terre et pourrissant, Arthus se glissa a ses côtés sans se faire voir, le souffle court et les joues rougis par l’adrénaline et la course.

« Marcus, tu vas bien ? Il y en as un autre sur le flanc gauche, il vient d’arriver. … Il faut agir maintenant, on ne va pas laisser passer une occasion pareille. »

Un sourire étrange se dessina sur le visage de Arthus qui prenait soudainement un malin plaisir à faire comprendre à Marcus que quelque soit son avis, il allait agir. De plus dans une telle situation, on leur reprocherait certainement de ne pas avoir apporté sur un plateau d’argent les individus au magenmagot, qui cherchait à éclaircir de nombreux points sur les partisans du Mage Noir. Prêt à passer à l’action, Arthus se gratta la nuque et observa un instant sa baguette de prunellier, non il ne restera pas tapi là en vain.
(c) AMIANTE

_________________
PROTECT OUR PEOPLE OUR FAMILY. ARTHUS STANHOPE;
It's oh so sweet You got to make it hot Like a boomerang I need a repeat You got to pack it up And work it like a new boy should Gimme all your lovin All your hugs and kisses too Don't let up until we're through - ZZ TOP

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Lun 18 Jan - 1:46

Marcus Powell a écrit:
I wish you were (not) here.
La forêt tout autour respirait la tranquillité. Et pourtant. Jusqu'au fin fond de ses viscères, Marcus pouvait sentir la tension ambiante. Depuis l'apparition de cette silhouette obscure au loin. La prudence était la priorité. Car cette forêt n'était pas tranquille. Ou du moins elle ne l'était plus. Elle était devenue l'hôte de ces viles personnages. Ses pas se firent plus légers que ceux d'un chat. Les sourcils froncés, concentré, le regard perçant à travers les feuillages afin de réussir à percevoir le moindre mouvement. Et soudain, à nouveau ce bruit. Ce craquement, sur la gauche. Un regard rapide en arrière, Arthus n'avait pas suivi. De là où il se trouvait, il ignorait si cet imbécile était resté planté là bas, ou s'il avait pris une autre direction. Ses yeux balayaient à vive allure les environs, tentant en vain de le situer. Ils devaient rester ensemble. Arthus ne devait pas se retrouver seul face à eux. Ce moment de distraction concernant son collègue avait bien failli lui coûter un bon séjour à Sainte Mangouste. L'éclat vif et rougeoyant d'un sort lui frôla l'épaule, alors même qu'il se retournait enfin vers la source du craquement. La surprise et le souffle le força à faire deux pas en arrière, manquant de trébucher contre une racine. A couvert. Son instinct d'Auror reprenait le dessus. Ils étaient officiellement attaqués. D'un pas de côté et une roulade il se retrouva abrité derrière un tronc, la baguette fermement tenue contre sa poitrine. Le souffle court. Il ferma les yeux quelques secondes, le temps de jurer à voix basses toutes les insultes possibles et connues. Putain de bordel de gnome à furoncles. Ils étaient repérés, et définitivement sous attaque. Et aucune idée de où se trouvait ce foutu Arthus. Rien, absolument rien ne se passait comme prévu. A présent que les mangemorts avaient ouvert l'hostilité, il était évident que la mission de simple reconnaissance était foutue. S'ils partaient maintenant, ils sauvaient leur peau. Mais lorsqu'ils reviendraient plus nombreux, les salauds auraient foutu le camp depuis longtemps. Mais décider de répliquer et de prendre en charge l'arrestation de ces mangemorts, incluait le fait de lancer son collègue dans la bataille. Risquer de le voir blessé. Ou pire. Pour l'instant, ils n'avaient aucune idée du nombre d'adversaires. Le cerveau de Marcus fonctionnait à toute allure. Tentait tant bien que mal de trouver une solution à ce problème. Il envisagea même un instant de prendre le trentenaire sur son dos façon sac à mandragore pour partir d'ici et le mettre en lieu sur. Mais non, c'était parfaitement ridicule. Ils n'avaient plus le choix. Ces ordures ne leur laissait pas le choix. Ils allaient devoir se battre. Une main passa dans ses cheveux parsemés de gris. Une grande inspiration. Bien, qu'importe. Il n'aurait qu'à se tenir prêt à sauter devant son partenaire à la moindre tentative de l'atteindre directement.
En parlant du gnome, celui-ci venait de jaillir à sa gauche. Apparemment, il venait de courir pour le rejoindre. Parfait. S'ils devaient le faire, ils devraient le faire ensemble.

« Marcus, tu vas bien ? Il y en as un autre sur le flanc gauche, il vient d’arriver. … Il faut agir maintenant, on ne va pas laisser passer une occasion pareille. »

Le ton qu'il employait et son petit sourire en coin voulaient tout dire. Il était parfaitement satisfait de la situation. L'excitation se trahissait dans sa voix. Marcus ne put retenir un léger grognement de mécontentement. L'Auror avait raison, et il le savait. Et il détestait lorsqu'il avait raison. En effet, ils ne pouvaient pas rester sans agir. Une nouvelle grande inspiration.

« Oui. Je vais bien. Et oui, je l'ai vu. Enfin je l'ai entendu. J'ai surtout failli le sentir. »

Il se tourna vers lui, plongeant ses yeux dans les siens. A présent il n'y lisait plus aucune animosité. Tous deux avaient en tête une chose et une seule : les intercepter. Son ton se fit militaire. Catégorique.

« On reste groupés. » D'un coup de baguette rapide, il lança un sortilège qui fit craquer une branche sèche d'un bouleau un peu plus loin, et fit tomber celle-ci d'un bruit lourd sur le sol. Au lieu d'avoir leurs adversaires éparpillés, il voulait les regrouper. Les amener exactement là où il voulait. « Dès qu'ils se pointent, on y va. Sauf s'ils sont plus de quatre. Je passe devant, et tu me couvres. »

Le but était de faire vite. De faire vite, et de faire sauf. Il connaissait les talents de Arthus Stanhope en tant qu'Auror. Il était excellent. Ils ne devraient donc avoir aucun soucis à neutraliser la menace, si leur nombre restait à leur portée. Son compère n'avait qu'à se tenir au plan. Ses doigts se serrèrent un peu plus autour de la baguette. S'il était blessé... S'il était blessé, il ne se le pardonnerait pas.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Ven 22 Jan - 9:20

I wish you were (not) here.
La course était lancée, rien ne pourrait plus freiner l’Auror à la chevelure brune et épaisse, il sentait en lui bouillir cette adrénaline trop longtemps retenu, il pouvait presque entendre son propre cœur battre à ses oreilles. Ce n’était un secret pour personne Arthus Stanhope était un intrépide un fonceur, un vrai Gryffondor qui faisait passer le courage avant même la témérité, mais cet être était fait de chair et d’os … maintes fois il avait été blessé, maintes fois il avait ressenti cette douleur physique qui lui rappelait qu’il n’était qu’un simple mortel. Malgré tout il était passé entre les gouttes, il avait réussi à toujours se relever sans rien déplorer de grave, contrairement à beaucoup de ses camarades de la résistance ou de ses amis. Cette guerre avait fait tellement de mal, il sentait un besoin irrépressible de venger ceux qui l’avaient entouré, mais aussi de remettre de l’ordre. Un éclair de lucidité lui fit penser à Baltus puis à Phoebus, ses deux garçons étaient trop petits, la guerre ils n’avaient certainement pas compris ce que c’était, la magie noir ça ressemblait à un gros mot à la maison, le Stanhope n’avait aucune envie qu’ils vivent ça à leur tour, la peur, l’angoisse, la perte, la souffrance, il devait faire quelque chose maintenant.
C’était pour cela qu’il c’était engagé dans cette brigade spéciale, dans cette unité qui allait au-devant du danger, et malgré les restrictions que Marcus voulait lui imposer, il n’avait aucune intention de faire demi-tour. Même si ils étaient trop nombreux il fallait aller jusqu’au bout et revenir cette prise au ministère.
L’annonce de nouvelles captures fera de la mousse dans le monde des sorciers, à chaque fois qu’un nouveau jugement se préparait, tout le monde revivaient les instants pénibles qui étaient survenus à l’ascension de Voldemort, et une fois les mangemorts envoyés à Azkaban, tout le monde semblait respirer encore un peu mieux. Arthus se souciait peu des jugements, ce qui lui importait c’était de ne pas voir ces pourritures continuer d’aller et venir tranquillement.
Arthus souriait. Marcus n’avait rien, et il acceptait de passer à l’assaut. Les quelques années qui les séparaient semblaient donné au plus vieux des deux une sorte de contrôle sur les opérations, et bien que le plus jeune serra la mâchoire se retenant une pique bien sentit qu’il n’aurait pas ignoré de l’époque de Poudlard, il se retint. Acquiesçant simplement aux remarques de son collègue. L’important était de ne pas laisser filer une occasion pareille.
Une fois la demande de couverture faite par Marcus, Arthus lui donna une tape virile dans le dos, l’encourageant à avancer et prit position derrière lui, commençant à formuler un sortilège de bouclier en murmurant. Au moins, s’ils étaient pris par surprise, ils n’auraient que peu de dommages à déplorer.

«  Je pense qu’il y a une femme avec eux, au vu du physique, et des bruits de pas … et fait gaffe ils sont plus vifs que les frères Lestrange ceux-là j’ai l’impression. »

Le souvenir ravivé de la capture des Lestrange était une manière de montrer à Marcus que leurs divergences prenaient fin à ce moment précis. Ils avaient été à l’origine ensemble parmi d’autres, de cette belle prise. Ces deux fumiers avaient été arrêtés bien avant que la Bellatrix ne soit à son tour prise, mais c’était une belle victoire, des hommes de mains du Mage Noir qui ne faisaient pas dans la discrétion et qui avaient causé bien des souffrances.
Marcus et Arthus se mirent à avancer, quelques mètres les séparaient mais le Stanhope pouvait sentir que son collègue faisait exprès de tenir une telle distance de tête, comme un bouclier humain. Tant pis, Arthus le protégeait aussi grâce à un sortilège et il se tenait prêt à tout éventualités.
Soudain un bruit de chuchotement se fit entendre, rapide, stressé, comme un écho venu par le vent jusqu’aux oreilles des Aurors, Arthus se décala, essayant d’observer un peu plus en avant vers l’orée des bois, lorsqu’il comprit.
Les Mangemorts n’étaient pas devant lui et Marcus, c’était ce qu’ils avaient voulus leurs faire croire, mais en réalité ils étaient derrière lui, et proches beaucoup trop proches. Ils les avaient emmenés là où ils voulaient en laissant des indices bien trop explicites à leurs poursuivants. Arthus se redressa.

« Marcus attend, je crois qu’on fait une err… »

L’air vibra et un sortilège passa a quelques centimètres du Stanhope qui se laissa tomber au sol pour l’éviter, à son tour, il lança un sort en direction de ses assaillant, ils étaient là à quelques mètres, vêtus de leurs tuniques noir si reconnaissable. Le combat était engagé à présent, ils ne pouvaient plus faire marche arrière.

(c) AMIANTE

_________________
PROTECT OUR PEOPLE OUR FAMILY. ARTHUS STANHOPE;
It's oh so sweet You got to make it hot Like a boomerang I need a repeat You got to pack it up And work it like a new boy should Gimme all your lovin All your hugs and kisses too Don't let up until we're through - ZZ TOP

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Jeu 28 Jan - 0:49

I wish you were (not) here.
Un grondement sourd. Ses tympans semblaient vibrer dans ses oreilles tels des vifs d'or. Chaque cellule de son corps se préparait à passer à l'action. Et pourtant. Marcus en doutait, de son corps. Il aurait voulu ne pas y penser, mais il y pensait. La mâchoire serrée. Il y pensait. Et s'il n'était plus aussi vif ? Si la perte d'activité l'avait rendu soudainement aussi mou qu'un verracrasse ? Si l'âge avait enfin repris le dessus sur sa détermination ? C'était parfaitement idiot de penser ainsi. Surtout maintenant. Mais cette peur terrible de vieillir le rattrapait de plus en plus. Surtout lorsqu'il était question de maintenir hors de danger un collègue. La tape dans le dos que lui adressa Arthus le ramena brusquement à la réalité. Les réflexions existentielles plus tard. Le combat maintenant. Ce contact physique encourageant rassura l’aîné. Visiblement Arthus s'était raisonné et était prêt à suivre le plan tel qu'il l’avait énoncé. C'était un soulagement. Minime. Mais tout de même un soulagement. Ses pas étaient à présent déterminés. Ils allaient trouver ces ordures. Ils allaient les trouver, les neutraliser. Les amener à leur procès. Les confronter à leurs actes. Aux familles qu'ils ont détruites. Aux vies qu'ils ont brisées. Le visage de Viktoria lui vint forcément à l'esprit. A chaque nouvel assaut, il se demandait s'il en reconnaîtrait l'un d'eux. Et si c'était le cas, comment réagirait-il ? Il s'était toujours juré de les trouver seul. De leur faire payer. Mais en présence d'un collègue Auror cela n'était pas vraiment possible, n'est-ce pas ? Remettrait-il en cause son intégrité professionnelle ? Pour ça ? Il était parfaitement incapable de le dire. Impossible pour lui de savoir ce que son instinct le pousserait à faire.

«  Je pense qu’il y a une femme avec eux, au vu du physique, et des bruits de pas … et fait gaffe ils sont plus vifs que les frères Lestrange ceux-là j’ai l’impression. »

Ce souvenir dessina un sourire carnassier sur ses lèvres. Une belle traque. L'équipe avait été exemplaire et efficace, le Ministre lui-même les en avait félicité. Marcus espérait faire une toute aussi belle prise aujourd'hui. Sans dégât collatéral à déplorer. Mais où diable étaient-ils passé ? Avaient-ils pris la fuite ? Non. Ils avaient lancé l'attaque, pourquoi les auraient-ils provoqué pour ensuite prendre la fuite ? Ca n'avait aucun sens. Pourtant, Marcus avait beau guetter les alentours, il ne voyait pas âme qui vive. Alors qu'il fit quelques pas supplémentaires en avant, il entendit les pas du trentenaire s'arrêter derrière lui.

« Marcus attend, je crois qu’on fait une err… »

Trop tard. Le temps que l'Auror fit demi-tour vers son collègue, celui-ci était à terre. Ces fumiers les prenaient par derrière. Il n'avait donc vraiment aucun honneur. Aucune dignité. La vision de son collègue au sol infligea à son cœur un battement d'arrêt. Courir.

« Arthus ! »

Son corps allongé au sol lança un sortilège en direction de silhouettes sombres. Il serra fermement sa baguette et eu envie de hurler de soulagement. Mais il lança aussitôt un sortilège de protection dans sa direction. Plus de prise de risque, il devait le maintenir sous protection. Le temps de lancer ce bouclier que l'ennemi avait déjà répliqué. Un éclair rouge lui frôla le flan, arrachant un morceau de tweed au passage. Et un grognement. D'une vitesse fulgurante, Marcus lança un Expelliarmus qui atteint un des Mangemorts au bras. Regard rapide tout en continuant de rattraper son collègue. Ils étaient quatre. Trois si l'on comptait sur le fait que l'un d'entre eux était à présent désarmé.
A présent à hauteur d'Arthus, il ne put s'empêcher instinctivement de se placer à nouveau devant lui.

« T-tu vas bien ? »

Leur dialogue était interrompu par divers éclairs fusant de tous les côtés. Leur infériorité numérique devenait délicate. Mais les deux Aurors qualifiés répliquaient efficacement et réussissaient à habilement éviter les attaques. Pour l'instant. Ils devaient les neutraliser rapidement, et surtout ne pas se laisser encercler.

« Ils veulent nous encercler. Prends c-celle à ta droite. Et t-tu finis celui-là. » A ces mots, Marcus fit un signe de tête vers le sorcier désarmé qui hésitait entre retrouver sa baguette ou fuir le combat. « Je m'occupe d-des deux autres. »

Toujours positionné devant, Marcus lança une nouvelle salve de sortilèges en direction des deux assaillants à sa gauche. Ne pouvant s'empêcher de rester concentré sur le Stanhope à sa droite. Du coin de l'oeil il vit le sorcier désarmé reprendre sa baguette retrouvée en main et une lueur verte se diriger droit vers le père de famille. D'un mouvement brusque il le tira vivement à lui, juste à temps. Une goutte de sueur froide perla sur ses tempes alors que l'éclair vert vint finir sa course contre un arbre qui céda.

« Diffinito. »

Une entaille profonde lacéra l'abdomen du Mangemort qui venait de viser son collègue. Dans un hurlement de douleur, il s'écroula au sol. Un de moins.  
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   Lun 8 Fév - 10:38

I wish you were (not) here.
Marcus et Arthus étaient des aurors entrainés, formés, ils avaient suivi tout une batterie de tests magiques, tous les ans, on leurs faisaient repasser un examen médicale, ils étaient intelligent, en forme, avaient une vue sur les nouveautés et les excentricités nouvelles du monde magique, rien ne semblait pouvoir échapper à un auror de leurs trempes. A part visiblement un piège, ils étaient pris comme des lapins, et tous deux s’en étaient rendu compte bien trop tard. Les aurors avaient été rapides, lançant des sortilèges de protections et ripostant, mais la suprématie numérique du cercle qui se formait autour d’eux leur donnait l’avantage.
Marcus rejoignit rapidement Arthus tandis que ce dernier se redressait évitant de penser à al douleur lancinante qui assaillait son flan. Il allait leur faire bouffer les racines de mandragores par les trous de nez à ces enfoirés … ce dit-il tandis qu’il tendait sa baguette de nouveau autour de lui afin de ne pas se faire surprendre une deuxième fois. Autour de lui son aîné lançait sortilège sur sortilège, cherchant à tout prix à le protéger, mais ne pouvant décemment pas tout faire seul. Le Stanhope avait réussi à le rassurer sur son état dans un hochement de tête et un grognement significatif. L’heure n’était pas à la parlotte, il fallait agir avant de se faire surprendre par une nouvelle vague de mangemorts assoiffés de vengeance.
Ecoutant les indications du Powell, Arthus passa une main dans sa mèche brune et bouclée afin qu’elle se dégage de son visage et se mit en position. Il était prêt, tout en lui était prêt à agir, à attaquer, à riposter. Il avait intérêt à bien faire son boulot et à avoir une bonne raison de rentrer blesser ce soir, sinon c’était un tout autre combat qui s’engagerai chez lui avec sa petite femme, et il n’était clairement pas certain de le gagné celui-là.

« Incarcerem. »

Le sortilège lancé vers le mangemort à la dégaine féminine prit effet immédiatement, il était rare qu’un auror utilise se sortilège qui emprisonnait sans blessé, Arthus ne supportait pas la souffrance, ni celle de ses proches ni celle des autres, alors il évitait d’avoir recours à des sortilèges bien trop violent, il était maître dans l’art du bouclier, de l’enfermement et de la traque, c’était en cela qu’il excellait. La sorcière s’écroula au sol, ligoté magiquement et continua de se tortiller afin d’échapper au sortilège.
Avant que Arthus ne puisse passer au second mangemort désarmé, il fut frappé à nouveau au niveau du mollet, un sortilège ayant ricoché sur la barrière de protection qu’il avait mis en place, le paralysant quelques instant, Arthus sentit sa jambe s’engourdir. Heureusement le sortilège n’était arrivé sur lui qu’à moitié, il avait donc perdu de sa force. Pointant sa propre baguette de prunellier sur son mollet blessé, il s’auto-administra un sortilège de guérison et lança un regard vers Marcus encore aux prises avec ses assaillants. Lorsque son regard se posa de nouveau sur le mangemot désarmé, Arthus remarqua que ce dernier avait récupéré sa baguette et tentait de défaire de ses liens magiques sa camarade.
Serrant les dents, l’auror s’accroupit au sol, et brandit sa baguette au-dessus de sa tête, visant la poitrine du mangemort.

« Expedimenta »

Le mangemort se mit soudainement à s’élever dans les airs, ne pouvant plus faire un seul geste, sa baguette pointée mollement sur le sol qui s’éloignait sous ses pieds. Arriver à mi-hauteur d’un grand sapin il s’arrêta, restant là au-dessus du combat sans agir. Arthus bloqua le sortilège et se retourna pour venir en aide à Marcus. Devant lui, encore deux mangemorts se battaient sang et eau, tandis qu’un troisième semblait doucement perdre pied, et alors que Arthus aurait pu facilement deviner ses intentions, on le vit disparaître en un claquement de doigt, ne laissant plus derrière lui que l’écho de son transplanage.

« Bande de lâche ! » lâchât Arthus entre ses dents tandis qu’il tendait sa baguette vers l’un des opposants de Marcus. « Vous n’avez donc aucun honneur bande de goule ? »

Il était rare d’entendre ces mots dans la bouche du Stanhope qui gardait une réservé en tout et pour tout, mais lors d’un combat une nouvelle facette de sa personnalité se révélait souvent, celle du lion, la moitié d’âme Gryffondor qui se trouvait en lui et qui rugissait parfois plus fort que sa moitié simplement humaine. Seule les aurors qui avaient participés avec lui à quelques missions avaient connaissances de ce fait, les autres ne le voyaient que comme le calme Arthus Stanhope, un poil loup solitaire et surtout aux paroles avisées. Mais parfois le calme peut cacher la tempête.
Il ne savait pas ce que ces mangemorts venaient faire là, dans cette foret, ainsi à découvert, mais une petite idée commençait à germer dans son esprit, une idée qui ne lui plaisait pas beaucoup il fallait l’avouer … une idée qui pourrait quelque peu mettre en péril la fragile stabilité du ministère actuelle.
(c) AMIANTE

_________________
PROTECT OUR PEOPLE OUR FAMILY. ARTHUS STANHOPE;
It's oh so sweet You got to make it hot Like a boomerang I need a repeat You got to pack it up And work it like a new boy should Gimme all your lovin All your hugs and kisses too Don't let up until we're through - ZZ TOP

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I wish you were (not) here - Marcus & Arthus   


Revenir en haut Aller en bas
 

I wish you were (not) here - Marcus & Arthus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» grand ménage ( pv : Marcus Flint)
» Marcus Flint [validée]
» Marcus parle des victimes qu'il doit affronter à la ECW !
» Marcus parle de Alpha et un peu de ses adversaires.
» Z! True Long Island Story #1 [Marcus Cor Von]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
episkey  :: Le royaume uni :: Pays de galles :: Forêt de Cawbran-